Cargo 2013: Chapitre 2 : de la Normandie jusqu’en Bretagne

???????????????????????????????Jeudi 21 novembre 2013 – l’escale  du Havre

???????????????????????????????Le Fort Sainte-Marie n’est pas attendu à quai, avant 22 heures ce soir, dans le port du Havre aussi il va mouiller parmi les autres bateaux au «parking» à quelques milles au large. Les deux commandants choisissent soigneusement l’endroit du mouillage en tenant compte des navires déjà à l’ancre alentours, de la profondeur et du courant.
Le bosco communique avec la passerelle et le commandant lui indique qu’il doit prévoir 3 chaînons (un chaînon représente 27,50 m). Au moment choisi le commandant donne de l’ordre de mouiller l’ancre. En fait un peu plus des 3 chaînons prévus initialement vont se révéler nécessaires avant que la « pioche » ne soit bien établie. La position du navire est très soigneusement et très précisément calculée et reportée sur la carte. Elle est aussitôt communiquée par radio à l’autorité portuaire.
Le « stationnement » au mouillage sur cette position est prévu jusqu’à environ 21 heures ce soir.
01_2 (2)Le mouillage au large en attente de rentrer au port constitue une expérience nouvelle car je n’avais encore jamais connu cette situation au cours de mes trois précédentes traversées.
J’ai mis à profit ce « stationnement » en pleine mer, à quelques milles au large, pour ouvrir en grand mon hublot et profiter ainsi de l’air marin tout l’après-midi. J’en ai aussi profité pour aller de prendre l’air sur le pont où la température reste un peu fraîche malgré le soleil. Pendant cette période passée au mouillage, le bateau bouge un peu et à intervalles réguliers comme des bruits de chocs sur la coque se font entendre. La faute en incombe d’une part aux frottements de la chaîne de l’ancre et surtout aux vagues qui viennent taper sur le gouvernail et sur la coque.
Notre « place » dans le port avec les moyens humains et techniques y afférant (grues, dockers, véhicules de transport des containers, …) n’est annoncée qu’à partir de minuit. Dans la quasi-totalité des ports du monde (à quelques exceptions notables dont les Antilles) la règle est maintenant au fonctionnement 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Et les compagnies maritimes qui paient les services des ports (stationnement et services) ne souhaitent y faire demeurer leurs navires que le temps strictement nécessaire.
La soirée s’annonce tranquille car la navigation de rentrée au port du Havre doit s’effectuer de nuit.
Mais tout change vite, et en fin d’après-midi, le commandant annonce sur la sono du bord que le pilote du Havre embarquera à 19h30 au lieu de 21 h. Nous serons donc à quai vers 21 h.
01_2aDevant le cap d’Antifer dans la brume, un des ferries quittant le Havre pour Portsmouth. Plus tard, le brouillard se lève quelque peu et l’on aperçoit bien maintenant la ville du Havre et le long des plages du Havre à Sainte Adresse de nombreuses petites voiles blanches sur la mer.

vendredi 18 octobre 2013

0_carte_1Relève d’une partie de l’équipage qui débarque aujourd’hui au Havre. Vont notamment embarquer  le chef Mécanicien, qui occupait la même fonction l’an dernier lors de mon retour des Antilles sur ce même navire. Changement aussi de chef cuisinier où un Breton remplace un autre Breton : un Finistérien de Crozon embarque et un Morbihannais de l’ile aux Moines débarque.

Le Fort Ste-Marie se trouve à quai à proximité immédiate de l’écluse François 1er,. Ce nom rappelle que la création du port du Havre résulte d’une décision de François 1er en 1517.

Journée d’escale sous une pluie battante dans l’intense activité du port avec du coté du quai avec les portiques et la noria des engins transportant et déplaçant les containers, et, côté bassin des navires qui rentrent et d’autres qui sortent.
Parfois un container qui vient d’être posé est repris quelques secondes plus tard par le portique. Le grutier ne peut pas toujours, du haut de son portique, évaluer si le container qu’il vient de déposer s’est correctement emboîté dans le container situé en dessous. Aussi deux personnes surveillent les opérations pour signaler toute anomalie: un membre de l’équipage et un docker.

???????????????????????????????Les «opérations commerciales» sont terminées (en clair,  déchargement et chargement des containers achevés) aussi le navire va pouvoir reprendre la mer. La nuit est déjà bien tombée quand le Fort Ste-Marie se détache du quai, peu avant 19 h et entreprend de remonter vers la sortie du port.

Si la journée a été pluvieuse, la soirée est belle avec un ciel dégagé, une température douce, un vent faible et, surtout, un magnifique clair de lune qui habille le port et la ville du Havre de superbes couleurs où le bleu nuit domine.
Lorsque nous avons dépassé la jetée, le reflet de la lune sur la mer et le sillage du navire se rejoignent juste sur notre arrière. Au revoir le Havre.

haut de page

???????????????????????????????Une longue nuit de navigation commence au cours de laquelle nous allons contourner la presqu’ile du Cotentin, passer au large des iles anglo-normandes, Guernesey puis Jersey avant d’entamer le contournement du Finistère.

02_0_carteUne nuit calme et reposante se profile car la météo est favorable et les mouvements du navire favorisent la qualité du sommeil.

samedi 19 octobre 2013

???????????????????????????????La traversée de 470 milles marins (870 km) séparant le Havre de Montoir de Bretagne s’est passée assez tranquillement. Le vent est resté modéré, sauf en mer d’Iroise, à la pointe du Finistère, entre Ouessant et la Chaussée de Sein, où des vents de force 6 et 7 ont accentué la houle et la hauteur des vagues jusqu’à près de 4 m. Et l’aiguille du baromètre a parfaitement enregistré cette baisse de pressions !

02_1Nous avons navigué dans cette zone dans une situation météo un peu paradoxale: du ciel bleu et un peu de soleil côté droit vers la haute mer et une procession (comme en Bretagne) de grains côté gauche vers la terre avec un ciel gris voire noir par instants.

Pendant les grains, je quitte la partie extérieure de la passerelle pour me réfugier bien au sec et au calme à l’intérieur sur le siège du passager.
???????????????????????????????Vers 11 h, nous nous trouvons à la hauteur de Douarnenez, aussi, ni l’ile de Sein, ni Penmarch, ni la pointe du Raz n’ont été visibles cette année. En 2001 et 2012, à la même période de l’année j’avais eu plus de chance.
L’après-midi, navigation plus tranquille dans le Sud de la Bretagne, à plus de 80 km au large.

02_1_ (1)Depuis la pointe du Cotentin, les officiers qui se sont succédé au quart à la passerelle ont indiqué sur le Livre de Bord : « TRAFIC IMPORTANT ». Dans l’après-midi la mention « TRAFIC FAIBLE » sera de mise. Ce que la carte ci-dessus, issue du site internet « Marine Trafic », permet de bien visualiser.
Les chiffres clés du « Rail d’Ouessant »
Le rail d’Ouessant est le nom communément utilisé pour désigner le dispositif de séparation du trafic (DST) maritime au large de l’île d’Ouessant, île la plus occidentale de la Bretagne.
123 bateaux montent ou descendent chaque jour dans le rail d’Ouessant. 44.000 navires ont emprunté le dispositif de séparation du trafic d’Ouessant en 2012. Ils étaient 53.000 en 2008. Mais le tonnage transporté restant équivalent, ceci confirme que les navires qui croisent devant la Bretagne sont bien plus gros que dans un passé récent.
Le rail d’Ouessant voit passer 1.300.000 passagers par an soit en moyenne 3.500 par jour et même 5.000 en comptant les équipages avec au moins un ou deux paquebots chaque jour dans le flux montant ou descendant. (source le Télégramme de Brest 27 août 2013).

02_1_ (4)Le rendez-vous avec le pilote (la « Prise du Pilote ») étant fixé à ???????????????????????????????20 h à l’entrée de la Loire, le navire a progressé à une vitesse plus réduite et navigue maintenant plus près de la côte. Dans cette zone la route du Fort Ste-Marie a approché, de loin, quelques bateaux de pêche.
L’inflexion de la route pour rentrer vers St Nazaire s’est effectuée au cours d’un virage spectaculaire autour de la bouée «SNA1», la première marquant l’approche vers St Nazaire.
??????????????????????????????????????????????????????????????Le soleil s’est couché en se cachant derrière une barre nuageuse, mais, il faut noter qu’il a fait preuve d’élégance en restant bien visible juste le temps de la photo!

La nuit est maintenant tombée alors que le navire approche du point de rendez-vous avec le pilote. La vedette du pilotage de St Nazaire, la « Couronnée IV » est au mouillage, tous feux allumés, à son emplacement habituel, et à notre arrivée, à l’heure prévue, un petit bateau rapide s’en détache pour porter le pilote à notre bord.

L’entrée dans l’estuaire s’est effectuée à bonne allure dans un environnement lumineux très inhabituel pour une navigation de nuit. Elle présente même un caractère un peu irréel car, la pleine lune, heureusement pas trop longtemps masquée par des nuages, apporte un éclairage étonnant s’ajoutant à la guirlande des bandes lumineuses qui habillent la côte depuis le-Croisic jusqu’au pont de Saint-Nazaire, en passant par la baie de la-Baule, Pornichet, …???????????????????????????????

Hier, vendredi soir, à notre départ, le Havre et l’estuaire de la Seine nous offraient un magnifique clair de lune, et, ce samedi soir, St Nazaire et l’estuaire de la Loire attendent notre arrivée à la lueur d’une Pleine Lune tout aussi belle !

???????????????????????????????Les manœuvres, avant l’accostage, à immédiate proximité du quai et d’autres navires, restent toujours un spectacle étonnant pour le passager spectateur. La précision et la concision des commandements du pilote et du commandant exécutés par les officiers et l’équipage viennent « déposer » le navire exactement à l’emplacement prévu. Manœuvre toute en souplesse mais sans véritable lenteur qui achève de positionner le Fort Ste Marie quelques mètres à peine à l’arrière d’un autre navire déjà à quai.

haut de page

dimanche 20 octobre 2013 – Jour d’escale à Montoir de Bretagne

03_0Réveil rythmé par le bruit métallique des containers déposés par les grutiers perchés tout en haut de leurs portiques, et une intense activité accompagnée de bruit règne autour du bateau car trois portiques sont à l’œuvre depuis cette nuit. Le déchargement de la cargaison non destinée aux Antilles n’est pas encore achevé, notamment sur la zone de la cale et du pont proche du château, qui a été totalement vidée. A ce stade des opérations, la vue plongeante jusqu’à fond de cale se révèle particulièrement spectaculaire.
A l’achèvement de cette phase commencera alors le chargement des containers réfrigérés destinés à la Guadeloupe et à la Martinique.
La brume matinale estompe quelque peu la Loire, vers son amont, ses iles de sable et le clocher de Paimboeuf. Plus tard, dans la matinée, nous bénéficierons d’un beau temps ensoleillé avant que la pluie ne s’invite !
Journée qui devrait se passer au port car le chef cuisinier, généralement bien informé, m’a annoncé un départ plutôt en fin de journée.
La fin de l’escale à St Nazaire – Montoir de Bretagne approche… sous une pluie battante. Les grues et les dockers sont toujours à l’œuvre pour charger encore quelques dizaines de containers pour les Antilles. Depuis hier soir, ils en ont débarqué plus de 300 pour en recharger autant. Les enseignes de la grande distribution en Martinique et en Guadeloupe importent presque tout ce qu’elles proposent à leur clientèle depuis la métropole… ???????????????????????????????Mon unique co-passager, embarqué à Montoir de Bretagne est Suisse Alémanique mais avec une ascendance originale : grand-père paternel Norvégien, père est né en Suisse et mère Bolivienne. Comme Tout Suisse qui se respecte, il parle les 4 langues officielles de son pays: l’Allemand car Alémanique, le Français, l’Italien et le Romanche. En plus de l’Espagnol appris avec sa mère et aussi l’Anglais.
Comme je lui proposai de le servir en vin au cours du déjeuner il m’a dit qu’il ne buvait d’alcool qu’au dîner en vertu d’un principe de son pays qui se résume ainsi :” kein bier vor vier”! (Pour les non germanophones, “pas de bière avant 4 heures!”).

haut de page

Départ pour la traversée océanique

???????????????????????????????L’heure du départ est proche et tout l’équipage se trouve au poste de manœuvre. Le pilote et le commandant dirigent les opérations depuis le poste de commande situé sur l’aileron gauche de la passerelle. Le second capitaine répercute les ordres et applique la vitesse commandée sur la manette du chadburn (Avant lente, ou Avant très lente ou Avant demi oo STOP, …) . Le timonier exécute les ordres de barre et annonce chaque nouvelle position de barre exécutée.

03_1Au début de la manœuvre la proue (l’avant) du Fort Ste-Marie est tournée vers l’amont du fleuve, vers Nantes, quant à l’arrière (la poupe) elle tourne le dos au pont de St Nazaire. Il faut faire pivoter le navire à 180° afin de positionner son avant face au large et préparer le passage sous le pont de St Nazaire.
Le navire « est servi » par deux remorqueurs : le Pouliguen qui a passé une amarre sur l’avant et le Bretagne attaché à l’arrière.
Manœuvre délicate car le vent est fort et le courant puissant. De plus l’estuaire de la Loire compte de nombreux bancs de sable dont plusieurs rassemblés constituent une ile au milieu du lit du fleuve.
La combinaison des actions des remorqueurs, l’un tirant l’avant du Fort Ste-Marie vers le milieu du fleuve, l’autre éloignant la poupe du quai, et les actions de la machine et de la barre du navire vont réaliser cette volte en à peine un quart d’heure. Et en 20 minutes, le navire a pris seul et sans assistance la direction de l’océan.
03_1b (1)Il va longer successivement le chantier naval où deux bateaux 03_1b (2)sont en cours de construction dont un, en voie d’achèvement, pour la marine Russe. Puis l’ancienne base sous-marine de la marine allemande où les « U-Boots » venaient se ravitailler pendant la seconde guerre mondiale.

???????????????????????????????Le navire passe sous le pont à 16 h 48.

Le Pont de St Nazaire est un pont à haubans, mis en service en 1975, il franchit l’estuaire de la Loire. D’une longueur de 3 356 mètres avec une portée principale de     404 mètres il surplombe le fleuve de 68 mètres.

haut de page

03_1b2 (2)Ensuite le tout petit port de St Nazaire qui ne peut accueillir que 03_1b2des petits navires. Les gros navires, porte-conteneurs, rouliers et pétroliers vont charger et décharger à Montoir de Bretagne ou à Donges. Sur la plage de St Nazaire, à marée haute, un promeneur bien couvert.
03_1e (3)

L’état de la mer au large ne permet pas la récupération du pilote par petit bateau rapide aussi une vedette rapide du port nous suit depuis le départ du port.

03_1d (2)03_1d (1)Trafic important de navires, parfois lourdement chargés,  vers l’entrée de l’estuaire et à la sortie du port et à chaque fois que le Fort Ste Marie croise une autre navire rentrant, notre pilote sort de la passerelle pour saluer son collègue pilote qui fait rentrer l’autre navire. Parfois les croisements s’effectuent assez près dans le chenal.

Arrivé au large, le navire effectue une manœuvre pour permettre à la vedette du pilotage de St Nazaire de se positionner le mieux possible dans l’abri précaire ainsi créé.
Le pilote descend lentement vers la vedette sur le pont de laquelle un marin maintient fermement la base de « l’échelle du pilote » car çà bouge énormément.

lire la suite:
chapitre 3: la traversée de l’océan Atlantique

retours:
au chapitre 1: Naviguer sur la Seine, tout en haut d’un porte-containers

Depuis la Normandie jusqu’en Guadeloupe Octobre 2013

haut de page

Ce contenu a été publié dans Voyages, Voyages en cargo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.